Johann Martin Morat

nach 1856

A propos de l'objet

Deux villes s’élèvent au-dessus de rochers escarpés, la rivière constitue une frontière naturelle. La Laufen coule tranquillement et ne laisse qu’à peine deviner la puissance de ses masses d’eau. Le monsieur avec sa chemise à dessin en main semble chercher le lieu le plus adapté pour croquer la plus belle vue de Laufenbourg.

Informations sur l'objet

Votre message sur l'objet

Vous avez des informations ou des questions sur cet objet?