Bernard Picart

Un lion couché, 1729

A propos de l'objet

Le « Recueïl de Lions » (un recueil de 42 estampes) de Picart comprend à la fois des eaux-fortes d’après les propres dessins de l’artiste, et d’autres d’après des dessins de Charles Le Brun, Albrecht Dürer ou Rembrandt, telle que celle représentant ce lion couché. Le recueil offre ainsi un aperçu global de ces animaux et présente presque un caractère scientifique.
voir moins voir plus
Cette eau-forte représentant un lion couché fait partie d’une série de 42 estampes au total, publiée par Bernard Picart en 1729 à Amsterdam sous le titre Recueïl de Lions. L’ouvrage parut en six livres de six feuilles, chacun avec une eau-forte par feuille, sauf le dernier dans lequel deux eaux-fortes ont été tirées sur chaque feuille. L’année précédente, en 1728, Picart avait déjà publié une édition de cette œuvre, moins importante, sous le titre Recueïl de Lions, Dessinées d’après nature par Rembrandt et B. Picart qui les a gravés en 1728. La série offre un aperçu global des animaux que l’on pouvait alors, dans l’Europe de la première moitié du XVIIIe siècle, voir uniquement dans des ménageries. Elle présente des lions de tout âge et des deux sexes ainsi que des études détaillées de leur physionomie et de l’anatomie de leurs pattes. Dans sa publication, Picart rassemble des eaux-fortes d’après ses propres dessins ainsi que d’après des dessins de Rembrandt (1606-1669), Charles Le Brun (1619-1690) et Albrecht Dürer (1471-1528). Pour ce lion couché sur le flanc, il a utilisé comme modèle - telle que l’indique la « lettre » au bas de l’estampe - un dessin de Rembrandt actuellement conservé à Rotterdam (Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam, inv. R 12 (PK)). Comme le mentionne la page de titre, tous les motifs de la série ont été dessinés « d’après nature ». Dans l’avant-propos du recueil, Picart explique qu’il a l’intention de mettre des modèles à la disposition d’autres artistes qui n’ont pas l’occasion d’étudier des lions vivants. En intégrant dans sa série des eaux-fortes réalisées d’après des dessins plus anciens, il invite les lecteurs à comparer ses propres œuvres avec celles d’artistes des plus célèbres. Texte: Dr. Stefan Morét Traduit de l'allemand par: Julia Walter

Informations sur l'objet

Votre message sur l'objet

Vous avez des informations ou des questions sur cet objet?